Madrid accueille le congrès d’ILEI 2018

Madrid accueille le congrès d’ILEI 2018

Ça peut sembler être une banalité, mais nous savons tous que l’enseignement est un facteur déterminant pour le développement de notre mouvement. Pourtant, on sait moins souvent que c’est dans ce domaine qu’agit la Ligue Internationale des Enseignants Espérantophones, une des plus importantes et des plus grandes associations qui gravitent autour de l’UEA (Association Mondiale d’Espéranto).

Comme UEA et de nombreuses autres grandes organisations espéranto, ILEI tient chaque année un congrès international. Les congrès de UEA et d’ILEI sont presque toujours organisés l’un après l’autre et dans des lieux relativement proches. En 2018, UEA a choisi Lisbonne, tandis qu’ILEI organisait son congrès dans l’autre capitale de la péninsule – Madrid.

Des deux congrès le premier a été celui d’ILEI, du 20 au 28 juillet. Il a attiré cette année un nombre record de participants (plus de 200) en raison de la présence simultanée du congrès national de la fédération espagnole d’espéranto.

Les participants des congrès de ILEI et HEF.

Nous qui agissons dans le cadre d’Ins’eo, nous sommes également membres à titre personnel d’ILEI, et nous suivons avec intérêt ses actions depuis longtemps. Nous n’avions toutefois pas encore eu l’occasion de participer à un congrès d’ILEI – ce qui est à présent chose faite et, on peut l’espérer, pas pour la dernière fois.

Une partie du programme de ce congrès a été consacrée à un symposium autour du thème l’héritage culturel de l’espéranto. Ce symposium a pu bénéficier d’un grand nombre de contributions, parmi lesquelles celles touchant au thème de l’interculturel nous ont tout particulièrement intéressés. L’interculturel est pour nous une question essentielle, et encore trop souvent sous-estimée par les espérantistes, qui ont tendance à croire naïvement que le « génie » de l’espéranto suffit à les prémunir contre tout problème de communication interculturelle. Un autre thème voisin, qui a attiré notre attention, était l’influence des cultures nationales dans l’espéranto.

Le congrès de Madrid a également était pour nous l’occasion d’en savoir plus sur un projet enthousiasmant, à savoir l’introduction de l’espéranto parmi les langues enseignées à l’UNED, l’université espagnole d’enseignement à distance. Ce projet a pu se concrétiser grâce à Manuel Pancorbo, professeur à l’UNED et membre de la Fédération Espagnole d’Espéranto. L’équipe qui s’est formée autour de ce projet a lancé un appel à tous ceux qui s’intéressent au projet et souhaitent contribuer à son succès. Il va sans dire que nous suivrons la chose avec attention.

Pour plus de détails sur le congrès, vous pouvez lire le communiqué de presse (en espéranto) de Mireille Grosjean, présidente d’ILEI.

Le prochain congrès se tiendra en Serbie, en juillet 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 1